La place du bourg est l'objet de nombreuses discussions. Aujourd'hui , le blog vous propose les impressions de l'architecte , disponibles sur son site internet : http://www.laureplanchais.fr/fr/pages-amenagement-espace-naturel/projet.php?ident=2&cat=1&id=1304193552

N'hésitez pas à commenter !

 " Centre bourg de Pluzunet (22)

 livraison 2007 - Maîtrise d’ouvrage commune de Pluzunet -Superficie  6540m² - Montant 712 000 euros HT  - Programmerequalification de la place du bourg et des rues attenantes en centre bourg - En collaboration avec Safege ingénieurs conseil, Coup d'éclat concepteur lumière, Benoît Robert architecte (phase préopérationnelle)

Le réaménagement de la place March’arit Fulup et de la rue Geron Ledu vise à redonner leur statut d’espaces urbains majeurs révêlant le bâti alentour de qualité. La place March’arit Fulup est recomposée en profondeur  dans son fonctionnement et sa topographie par la création :
- d’une partie basse, minérale, dédiée à la mise en valeur du bâti, des commerces et pouvant accueillir les fêtes foraines.
-  d’une partie haute, semi-piétonne, jardinée accompagnant l’église et son enclos et intégrant l’îlot bâti de la bibliothèque. 
Les murs de soutènement créés sont traités en appareillage de moellons de granit dans la continuité des murs du cimetière. Ils forment, sur la partie haute, un promontoire, qui domine le centre-bourg et met en scène le paysage au loin. Il est cadré par des alignements de pommiers d’ornement. Un emmarchement majestueux le relie à la partie basse tandis qu’une accessibilité de plein pied est possible sur les parties latérales. 
Sur la place basse, le dénivelé naturel qui atteint près de 10 % est adouci par une série de paliers. Ils sont réalisés avec de grands blocs de granit irréguliers qui forment des assises. Un chêne marque l’espace de sa présence symbolique.
La rue Geron Le Du est la limite de la partie la plus ancienne du bourg dans ce secteur. Elle est marquée par ses façades contiguës et son étroitesse. Ne pouvant accueillir des trottoirs confortables, le projet propose une continuité de sol et de matériaux entre espace piéton et chaussée. Le profil de chaussée est donc repris afin de créer un caniveau central accentuant le caractère semi-piéton de la rue. La sécurité piétonne est assurée par des bornes en granit éclaté qui font obstacle visuel et incitent au ralentissement. 
Le faible budget induit un traitement de sol unitaire en enrobé en contraste avec le granit des éléments de mobilier et de finition émergeant (banquettes, paliers, bornage, caniveau, seuils d’entrée). Seule la partie haute de la place est traitée en béton désactivé. 


Retour d'expérience

- Des clous inox carrés ont été testés : ils se sont révélés délicats de géométrie de pose et n'ont pas résisté à la circulation.
- La résine de marquage au sol a une faible durée de vie.
- Changement de municipalité, changement de mentalité, l'aménagement est progressivement transformé et en partie détruit.
- L'espace a été envahi de jardinières municipales.
- Multiplication de panneaux signalétiques, barrières....
- Remplacement de certains massifs plantés par des carrés de pelouse.
- Les arbres sur la place ont été remblayés au collet et le paillage de cailloux remplacé par du gazon provoquant leur mort. Ils sont progressivement remplacés par des essences banalisantes qu'on pensait révolues : cerisier rouge et érable vert en alternance !
- Il est question de supprimer les bornes en granit qui gênent la fluidité du trafic ... véhicules bien-sûr. Pour les piétons, ils n'auront qu'à bien se tenir !
- Bref, à quoi à servi la concertation et les enjeux de sécurisation des piétons ? "