Le conseil municipal de mardi a débuté par une minute de silence proposée par le maire, Jean-Claude Jegou, « en mémoire des victimes de l’innommable », référence aux victimes des tueries de Toulouse et Montauban.

Un seul sujet était au menu des élus pour cette séance de conseil : le vote du budget. Pour 2011, le résultat de clôture est de 241 306,25 €, réparti en investissement pour 101 637,87 € et en fonctionnement pour 139 668,38 €. Le maire a souligné que « depuis la première fois depuis plusieurs années, la commune génère une capacité d’autofinancement excédentaire. » Le prêt relais de 300 000 € a été remboursé et celui pour la viabilisation du lotissement Angéla Duval va être remboursé prochainement après la vente de 13 lots sur 15. L’opposition qui s’était abstenue lors du vote du budget 2011 s’est également abstenue sur les comptes de gestion et administratif, « pour rester cohérent avec nos décisions » a précisé Yvon Blanchard.

Le budget primitif 2012 a été voté à l’unanimité : les élus adoptent un budget de dépenses de 757 142 € en fonctionnement et de 634 588,96 € en investissement. Les taux d’imposition ne subiront pas de hausse. Le principal chantier de 2012 sera la réfection de la rue Louis Guegan. Ces travaux devront être achevés avant la fin de l’année pour ne pas perdre une subvention de 81 390 €. Pour le maire, « cet investissement est important pour la sécurité des enfants de l’école ». Le problème récurrent des budgets successifs depuis 2004 reste le déficit cumulé en investissement pour l’assainissement. Les élus vont devoir réfléchir à des solutions pour les années à venir, « sans alourdir la part des ménages » précise Yvon Blanchard. Pour 2012, les conseillers « valident un gros déficit » (95 531,15 €) constate Jean-Marc Geffroy, mais selon M. Dorkel, trésorier de Plouaret et présent au conseil municipal, « pour les communes de la taille de Pluzunet, l’assainissement a toujours un coût énorme. C’est une réalité qu’il faut prendre en compte ».