Lundi, la municipalité organisait une réunion d’information sur le PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable) à destination de la population. Cette présentation du PADD, document qui servira à élaborer le futur PLU (Plan Local d’Urbanisme) n’a pas attiré la foule des grands soirs mais a suscité parmi la vingtaine de participants moult critiques et réactions. À commencer par celle de l’ancien maire, Pierre Gautier, qui fait remarquer que « le PLU reprend la carte communale envisagée en 2008. Ce doublon coûte cher à la commune ! ». Samia Blaise, du cabinet Léopold de Morlaix, a présenté les nouvelles orientations : accueillir une centaine d’habitants supplémentaires à l’horizon 2020 sur 5 à 6 hectares essentiellement situés autour du bourg et dans les hameaux du Loc et de Saint-Idunet. Ces contraintes imposées par le PLU font réagir certains participants à la réunion. Yvon Le Guillouzic regrette avec amertume que « même les élus n’ont pas leur mot à dire dans ces procédures. Nous sommes face à un mur ». Un riverain de Saint-Idunet s’interroge : « Pourquoi m’avoir imposé un refus dans une demande pour rendre un terrain constructible alors que le terrain voisin peut en bénéficier ? ». Le public pourra de nouveau se faire entendre lors d’une réunion prévue en novembre ou lors des permanences du cabinet Léopold pour les cas particuliers.

r_union_PLU_21

Peu de monde à la réunion malgré un sujet consensuel pour les pluzunétois .