Si le titre de cet article est un peu provocateur, nous le concédons, il reflète néanmoins une certaine réalité.

Julie Denmat proposait des crépes à la vente le mardi soir sur la place. Elle ne vient plus.57053726_p 

            

57480644_pPascal Le Merer continue de venir chaque samedi proposer ses pizzas et il se demande s'il va continuer tant le nombre de commandes est insignifiant. C'est le commentaire de ce dernier qui a provoqué la réalisation de cet article : " ça marche partout, ...sauf à Pluzunet ! ".

 Les Pluzunétois sont-ils moins friands de pizzas qu'ailleurs ? Nous ne le pensons pas. Mais alors pourquoi cette désaffection, ce désintérêt ? Le blog n'a pas la prétention d'apporter des réponses à cette question: ce n'est pas son rôle. A l'inverse , il est de son devoir d'alerter les Pluzunétois : une ville ne peut pas vivre sans animation, sans activité. Ce n'est pas lorsque les commerces ambulants auront déserté notre bonne ville qu'il faudra se plaindre. Là où les commerces partent ou ferment, les villes se meurent, de multiples exemples sont présents chaque jour dans la presse. Il ne s'agit pas de faire de la publicité à outrance pour les commerces, qu'ils soient ambulants ou sédentaires; Le sujet est ailleurs : désire-t-on vraiment que Pluzunet vive ? Si la réponse est non, continuons ainsi. Sinon, un petit repas pizzas de temps à autre, ou un petit verre entre amis au bar local, ou commander un gâteau à la boulangerie locale plutôt que de l'acheter en supermarché,ou une coupe chez le coiffeur de Pluzunet, des gestes simples mais qui auront beaucoup d'impacts pour la vie de notre cité.