Les colères du maire sont rares; C'est pourquoi lorsqu'elles surviennent, leur impact est important. La situation du bureau de poste de Pluzunet a déclenché la dernière irritation du premier magistrat.

Jean-Claude Jegou a reçu une "invitation" de M. Leboucher, responsable de la Poste, pour  réunion à la Communauté de Communes du Centre Trégor afin de discuter de l'avenir des bureaux de Tonquédec et de Pluzunet. Première montée de tension : " la Poste nous ignore : elle préfére nous "inviter" à la communauté de communes plutôt que de prendre contact directement auprès de nous  " . Le maire n'apprécie pas la méthode.

Deuxiéme sujet de mécontentement : Jean-Claude Jegou sait que la Poste veut fermer les bureaux de Pluzunet et de Tonquédec pour sauver celui de Cavan. Déjà en révolte vis à vis de ces fermetures envisagées, il apprend indirectement que la Poste, veut vendre les locaux du bureau de poste à la commune. C'est la goutte qui fait déborder le vase : " la commune a cédé gratuitement en 1948 le local actuel à la Poste !! Et cette dernière veut nous la vendre !!! C'est ubuesque !" Et le maire d'ironiser : " en fait, la Poste nous demande de payer pour qu'ON ferme NOTRE poste !! La commune serait complice de la fermeture. Il n'en n'est pas question! ! " Suivant sa logique , le maire a décliné " l'invitation " de la Poste : " je ne serais pas complice de cette mascarade ! " .

JC_Jegou

Jean-Claude Jegou reste vigilant : " Aprés la Poste, on entend ici et là qu'on veut fermer des écoles dans certains villages. Le monde rural n'est pas un monde de seconde zone: nous sommes des citoyens à part entière, qui payons nos impôts comme tout à chacun et qui voulons une équité de traitement "